menu

Nous étions réunis chez Anna Conrozier, à Caveirac, avec Mathilde de Lapeyre


C'était le dimanche 8 mars 2020 à 16heures.


Il y a quelques jours.
 Il y a un siècle.          
Il y a une éternité...   








Nous étions 35 réunis chez Anna Conrozier à Caveirac, la conteuse Mathilde de Lapeyre nous avait donné rendez vous.
Nous avons tous dans notre vie entendu des proches, ou des personnalités célèbres énoncer: " J'ai fait un rêve!" ou nous même, nous nous surprenons quelquefois à évoquer nos rêves.
Cette après midi là, la conteuse  Mathilde de Lapeyre nous avait conviés avec un titre prometteur "A portée de rêve".
C'était là, en effet,  à notre portée, alors on s'est laisser prendre, embarquer, transporter dans l'évocation et le cheminement de son rêve. On a tremblé, on a souri, on a ri, on a reconnu des histoires...mais que fait cette histoire là dedans?
A peine le temps de reprendre son souffle et Mathilde nous entrainait encore et encore...Elle nous interpellait aussi joignant le geste à la parole pour nous encourager à répondre à ses devinettes.
Elle le dit si bien Mathilde sur la page de son site: "Tout en contant, on crée du lien et on voyage en même  temps dans notre intimité et notre humanité".
C'était ce jour là la journée des droits de la femme;  et cette femme là nous a offert plus d'une heure de bonheur complet!
S'en est suivie, comme à l'accoutumée , une "collation", ce qui veut dire dans le monde de Caravaunage, non pas une légère collation comme on entend souvent, mais un festin, une explosion de saveurs, de bonheur des papilles, d'inventivité à faire pâlir les salons de thé les mieux côtés!!!
Un grand merci à Anna qui a généreusement ouvert sa maison et a bouleversé l'ordonnance de sa salle à manger pour nous accueillir comme elle sait le faire:superbement!.

Depuis, le monde s'est arrêté, il s'est figé, il s'est pétrifié de stupeur, d'incompréhension et de douleur.

Il y a quelques jours, il y a un siècle, il y a une éternité.
Le temps va passer, les jours vont s'écouler, liés les uns aux autres ,entrelacés avec les nuits.
En attendant, les contes nous portent, nous soutiennent, nous nourrissent. Les histoires, les lectures sont devenues plus que jamais nos compagnes de route et d'attente. La parole est là, fidèle, les liens sont divers et diversifiés, réseaux sociaux, téléphones, échanges avec les voisins par dessus la haie....parole présente, chargée de nos attentes, nos doutes, notre espoir...
Quand nous sortirons de cette période inédite, c'est avec un plus grand bonheur encore que conteurs et gourmands de contes se retrouveront autour des contes!
 
En attendant, prenez bien soin de vous et à très bientôt.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire